L'évolution d'Éric Duhaime, celle de Tucker Carlson, et la propagande

L'évolution d'Éric Duhaime, celle de Tucker Carlson, et la propagande

C’est cette semaine que sera diffusée la dernière émission de La soirée est (encore) jeune à vie. Les plus belles années de ma vie sans doute. Je ne suis pas tellement nostalgique, mais ça me fait un petit quelque chose de réaliser que c’est terminé. Je suis aussi content de commencer de nouvelles aventures (ça sonne comme une phrase d’émission pour enfant: en route vers de nouvelles aventures!). Les prochaines plus belles années de ma vie.

Éric Duhaime version 2012

Je dis que je ne suis pas nostalgique, c’est peut-être parce que j’ai l’impression qu’on vit toujours la même chose. En réécoutant quelques segments anciens pour préparer une émission de meilleurs moments, je suis tombé sur un de mes bêtisiers de la première année où il était question… de Dominic Maurais et d’Éric Duhaime.

Le chef du PCQ, qui était chroniqueur à l’époque, nous montrait à quel point il pouvait être créatif en matière de statistiques:

36% du monde au Québec paie pas d’impôt, et comme par hasard, le PQ a été élu avec un peu moins de 32% du vote.

Ce qu’il essayait de nous dire, c’est que les pauvres votent pour le PQ, en donnant des pourcentages qui n'ont aucun rapport entre eux. Difficile d’imaginer plus fallacieux que ça comme démonstration. Il est devenu un manipulateur un peu plus subtil depuis.

Parlant d'Éric, il y a un petit site qui a repris les citations de mon Club des mal cités de façon créative. Ça s'appelle Cite Éric. Des fois on tombe sur des joyaux oubliés.

Tucker Carlson

Cette semaine, le New York Times nous a offert plusieurs belles infographies tirées de l'analyse qu'ils ont faite des émissions de Tucker Carlson sur Fox News. Contrairement à Duhaime, il semble être devenu moins subtil au fil du temps. Les graphiques sont assez éloquents. Dans les dernières années, il a commencé à parler de plus en plus des "classes dirigeantes", et du "biais anti-blanc" tout en éliminant complètement les invités qui ne pensent pas comme lui.

C'est le genre d'exercice que j'aimerais beaucoup faire avec certains de nos médias. Si j'avais plus de recherchistes (c'est-à-dire plus que zéro), j'aimerais bien analyser l'évolution de nos démagogues bien de chez nous. Ils suivent souvent les tendances américaines, alors il risquerait d'y avoir certaines similarités. Quoique le présumé racisme anti-blanc n'est abordé que du bout des lèvres ici. Les dynamiques sont différentes.

Tucker Carlson a une portée bien plus grande que Radio X par contre. Une influence sur la société moins circonscrite que celle des animateurs de Québec. Et bien que quelques chroniqueurs de Québécor ont de drôles de tactiques de manipulation de l'opinion publique, ils ne sont pas fêlés comme ceux de Fox News. Et il y a une certaine diversité chez Québécor.

Concordance des temps

Parlant de manipulation, je vous suggère le très bon épisode de l'émission Concordance des temps sur France Culture où il est question de propagande. L'invité, David Colon, raconte l'histoire de la propagande politique. Il y cite entre autres Tocqueville: "Il n’y a qu’un journal qui puisse venir déposer au même moment dans mille esprits la même pensée." Imaginez si Tocqueville avait eu  l'internet. Selon Colon, et on s'en doute, l'ère numérique change la donne en matière de propagande.

"L'ère de persuasion numérique de masse désigne le retour de l'humain à un nouvel état de minorité entendu comme l'incapacité d'agir sans être secrètement influencé."

On vit dans un monde où il faut toujours se méfier de ce qu'on voit, de ce qu'on lit, et s'interroger sur les intentions de ceux qui nous partagent une information. Selon l'historien, "l'intention de tout manipulateur est d'agir non pas uniquement sur les convictions et les croyances, mais d'agir sur les conduites et de le faire essentiellement en appelant aux affects et aux émotions". Je suppose que Tucker Carlson est au courant.

Urbanisme et santé

En terminant, je vous invite à mettre à votre agenda la diffusion de ma série documentaire "Ma ville aux rayons X". Ça commence le 9 mai à Savoir Média, et ce sera aussi disponible en ligne, bien sûr. C'est une belle façon de vous motiver à vous intéresser à la politique municipale. Parce que les aménagements urbains pourraient vous faire vivre plus longtemps. Je n'en dis pas plus, mais vous pouvez lire ma Carte blanche dans La Presse pour tout connaître de ma pensée à ce sujet.

S'il vous reste du temps...

😭 Le (dernier) bêtisier
« Des excuses, des imitations et des départs »

💍 🏙️ Billet idéologique
« L’art urbain et l’anneau du Centre-ville de Montréal »

🌳 Carte blanche dans La Presse
« Je suis radical, parfois »

🐦 Mon billet dans l’Actualité
« Elon Musk : l’influenceur absolu »