Les deux solitudes peuvent se rejoindre dans le hockey féminin

Les deux solitudes peuvent se rejoindre dans le hockey féminin

Bienvenue sur Tourniquet, l’infolettre d’Olivier Niquet sur la bêtise médiatique et politicienne, l’urbanisme et les deux solitudes (en tout cas, pour cette fois-ci).

Pour rejoindre les quelque 11 000 autres abonnés, suffit de cliquer sur ce bouton:

Les deux solitudes

Je reviens du tournoi de hockey de mon plus vieux, à Donnacona. J’ai de beaux souvenirs des tournois de hockey à l’extérieur quand j’étais jeune et je réalise que c’est assez agréable à vivre pour les parents aussi. Une belle occasion de goûter à la cuisine locale (la Cage au sport, la plupart du temps) et de fraterniser avec des gens de tous les milieux pendant que les jeunes sacrent le bordel dans l’hôtel.

Cette fois-ci, j’ai eu une belle révélation sur le Québec moderne. Le hasard a voulu qu’il y ait presque la moitié des joueurs de notre équipe qui sont anglophones, de diverses origines. Samedi, nous nous sommes retrouvés quelques parents dans une chambre. Nous étions cinq bonhommes et une mère. Les trois pères anglophones se faisaient un devoir de s’adresser aux francophones dans un excellent français. C’est le cas aussi des jeunes de l’équipe. Dès qu’ils parlent aux coachs (aux entraîneurs), ils le font systématiquement en français.

C’est peut-être anecdotique, mais ça m’a donné l’impression qu’il y avait quelque chose qui marchait dans notre système. Bon, je ne me suis pas essayé à leur parler de mes participants préférés de Big brother célébrité, je me serais sûrement buté à beaucoup d’incrédulité, mais autour d’un match de hockey féminin, nous avions des références communes. Ça aussi, cinq bonhommes qui regardent un match de hockey féminin, ça doit dire quelque chose sur notre époque.

Pour la langue et le sport, donc, c’est rassurant. Pour la culture, ça risque d’être un plus grand défi.

Le futur

Mon premier réflexe en voyant cette image d’une école en construction à Otterburn Park était de justement mettre ça sur le dos du côté anglophone de cette ville.

Or Otterburn Park, même si elle a le statut de ville bilingue, n’a que 7% d’anglophones. C’est donc juste une erreur de français. Ça arrive. J’en fais dans chacune de mes infolettres (désolé). Sur un panneau géant, qui annonce une école, c’est quand même un peu plus scandaleux.

Trois-Rivières

Tant qu’à être dans les municipalités, j’ai déjà parlé ici de Trois-Rivières qui, plutôt que de faire des aménagements sécuritaires pour les piétons, demande aux piétons de s’habiller de façon voyante. La semaine dernière, un piéton a été happé par un conducteur et un internaute (ça me faire rire d’écrire « internaute ») en a profité pour partager cette image d’une traverse piétonne qui débouche sur un muret.

Ce n’est pas clair si c’est l’endroit précis de l’accident, mais ça donne une idée de l’importance que l’on accorde aux piétons.

Les scouts

Bizarre d’histoire que celle du nouveau calendrier scout qui nous faire réfléchir (encore une fois) sur l’intelligence artificielle. Chaque année, les scouts demandent à des artistes de leur confectionner un calendrier. Par exemple, Michel Rabagliati l’a déjà réalisé.

Cette année, c’est un certain Marteen Trepaniez qui a eu le « contrat ».

Sauf que suite à l’annonce, quelques internautes (encore eux) ont remarqué que ses œuvres semblaient avoir été faites à l’aide de l’intelligence artificielle.

Disons que si on regarde les autres dessins de l’artiste en question, ce n’est pas tout à fait le même style.

L’association prétend que c’était su et voulu:

S’ils ont décidé que c’était valable de demander à DALL-E ou Midjourney « dessine-moi un scout qui lit un livre avec un loup » que d’exiger des dessins originaux, c’est plutôt dommage.

La survie des illustrateurs est certainement menacée par ces nouveaux outils.

Plogues

L’incident d’Alaska Airlines causé par les wokes?

Sur Fox News, deux commentateurs ont mis sur le dos des politiques de « Diversité, équité et inclusion » le fait qu’une porte d’un Boeing 737 Max d’Alaska Airlines soit disparue dans la nuit. Selon eux, c’est parce que ces politiques détournent les priorités de ces entreprises qu’elles ont négligé de s’assurer que les boulons des portes étaient bien vissés.

On ne l’avait pas vue venir, mais on aurait dû. C’est rendu un peu ridicule à quel point tout revient à ça dans certains médias.

Contrer les hommes enceintes

Comme La journée (est encore jeune) est de retour en ondes, j’ai recommencé à écouter toutes sortes de choses passionnantes. Cette semaine, je me suis rendu compte que tous les jours (bon, on parle de trois jours, mais quand même), j’aurai entendu sur Yoopa-QUB quelqu’un évoquer les hommes qui accouchent. Il en a été question notamment dans les réactions autour de cette nouvelle de La Presse d’un médecin qui a été radié trois mois pour avoir mégenré un patient trans. Il en a aussi été question lorsqu’on parlait de la classe moyenne qui se sent délaissée et ne se reconnait pas dans ce que l’élite médiatique nous impose, c’est-à-dire entre autres, les hommes qui accouchent.

Je n’ai par contre pas trouvé beaucoup d’informations sur les hommes trans qui ont donné naissance à des enfants. Il y en a eu 22 en Australie en 2019. C’est sûrement très très peu de gens sur la planète. Comment est-ce que ça peut-être une référence aussi fréquente pour les animateurs réactionnaires?

Ça frappe tellement efficacement l’esprit qu’on se fiche que ce ne soit pas significatif.

Coupe Stanley

Ça fait plusieurs fois que je vois passer des références à la Stanley Cup, le gobelet que tout le monde s’arrache. Voici une petite vidéo explicative.

Dans le fond, tout le monde en veut parce… que tout le monde en veut.

Complot climatosceptique

Vous avez peut-être vu passer l’histoire de ce type qui a plaidé coupable d’avoir allumé des feux de forêt. Il était climatosceptique:

« Les publications sur la page Facebook de Brian Paré – où il publiait régulièrement des articles sur les incendies de forêt, y compris des affirmations selon lesquelles les incendies avaient été délibérément allumés par le gouvernement pour tromper les gens et leur faire croire aux changements climatiques – faisaient aussi partie des preuves qui ont mené la police à lui. L’idéologie et le comportement de M. Paré – y compris ces messages sur Facebook – correspondent au profil du suspect établi par des spécialistes de la police. »

Des fois, c’est plus facile d’exécuter le complot soi-même que de le démontrer, je suppose.

Les influenceurs climatosceptiques ont complètement viré la situation à l’envers. Joanne Marcotte par exemple:

Même chose du côté du candidat du Parti populaire de Maxime Bernier, Daniel Brisson.

Donc… un climatosceptique allume des feux pour prouver que c’est le gouvernement qui allume des feux et que le climat va bien, et les climatosceptiques en concluent que c’est la preuve que le climat va bien. Assez tordu.

Surtout, c’est bien mal comprendre que les changements climatiques ne causent pas la combustion spontanée de nos forêts, mais que les feux qui se produisent depuis toujours se propagent plus rapidement et persistent plus longtemps.

Citations

🔈 Denis Coderre, all the way passé date

Quand j’ai fait des appels, j’ai posé trois questions. La première, c’est est-ce que vous me voyez, Premier ministre? Deuxièmement, Est-ce que j’ai la crédibilité et l’expérience? Et troisièmement, est-ce que je suis passé date? Je vais te dire qu’à 98%, c’est oui, all the way.

🔈 Denis Coderre, qui aime le « je »

Je veux dire, regarde, si je n’avais pas parlé d’itinérance en 2013, on n’en parlerait pas aujourd’hui. Je comprends qu’il faut parler plus aux «nous» qu’aux «je», mais le «je» a fait des choses quand même.

🔈 Jeff Fillion, à propos des Québécois

On l’a vu pendant la COVID, les Québécois sont complètement morts, les Québécois sont morts. Le Québécois de souche, on l’a vu pendant la COVID, c’est une boîte, c’est de plus en plus un genre de tube digestif. C’est plate là, mais c’est ça. Plus de valeur, plus de temps. Tu peux faire ce que tu veux avec, tu peux le crosser à tour de bras, tu peux l’enfermer, tu peux le mettre dans un coin. Il ne dit vraiment plus rien. Le Québécois, il a peur, il a peur parce qu’il a vu que son frère s’est levé un moment donné et son frère a été complètement bisebaillé de la société à juste vouloir dire telle chose. Le québécois moyen, un mouton, un gars qui est facile à tendre, qui dit plus rien, qui se fait bourrer, qui écoute la TV à longueur de journée, qui pense plus, c’est LCN qui pense pour lui, c’est RDI, c’est Patrice Roy qui pense pour lui, c’est Anne-Marie Dussault qui pense pour lui. C’est Patrick Lagacé dans la presse, ces gens-là sont complètement, ils ont les deux pieds plus sur le plancher, ils sont complètement off.

🔈 Jeff Fillion, qui cite Alex Jones

Moi, regarde, ce que je veux, là, c’est pas compliqué. Je veux que Trump soit réélu. Là, ce qu’on sait, les rumeurs qui ont sorti, OK, parce que quand Alex Jones sort quelque chose, c’est toujours un peu vu maintenant comme de la folie depuis l’histoire de l’école, là. Il y a quand même ses entrées quelque part, parce qu’il y a souvent… de l’info right on target. OK, il faut y donner. Crisse, je ne peux pas faire autrement, je veux dire, le gars, il sort de l’info, puis trois fois sur quatre, il avait raison. Et ça serait pas mal confirmé que Biden fait dans des couches. Ça peut m’arriver, ça peut tous nous arriver. Mais mon feeling, c’est que quand t’es président de la plus grande puissance au monde, tu peux pas faire tes besoins dans une couche.

🔈 Jeff Fillion, à propos du virus inventé pour contrer Donald Trump

Arrêtez de capoter esti. Il est arrivé quoi pendant 4 ans? L’économie a s’est mis à rouler à fond, il est arrêté les guerres, il est allé manger du poulet barbecue à Charlevoix, pis ça allait bien jusqu’au temps qu’on invente un genre de virus pour essayer de sortir Trump du pouvoir des États-Unis d’Amérique. La vraie histoire, c’est qu’on a pogné un virus ben ordinaire. Comme y’en sort à tout bout de champ, pis on a essayé d’arrêter l’économie à grandeur du monde pour être certain d’avoir la peau de l’ennemi numéro un de la planète entière qui est Donald Trump.

🔈 Pierre Poilievre, à propos de la recette du pâté chinois

**– Steak blé d’Inde patate, la connaissez-vous la recette, M. Poilievre? Elle la connaît, on l’a vu dans l’entrevue, elle connaît ça, steak blé dinde patate. **
**– Pardon, j’ai pas entendu. **
**– Steak blé d’Inde patate. Votre conjointe connaît la recette du pâté chinois, steak blé d’Inde patate. **
– Oui, elle connaît très bien la culture québécoise.

🔈 Pierre Poilievre, à propos de la guerre à l’auto

Le Bloc et les libéraux sont contre les autos. Ils pensent qu’on peut juste jeter nos camions et nos voitures dans le fleuve Saint-Laurent et tout le monde peut prendre le transport en commun.

🔈 Maxime Bernier, à propos des wokes de TVA qui ne l’ont pas inclus dans un sondage

Mais regardez, s’ils font ça avec nous dans cette nouvelle-là, ils font la même chose dans d’autres nouvelles. Ils ont leur ligne éditoriale, eux aussi, tout comme Rebel News, qui est un média plutôt conservateur. Eux, c’est un média plutôt, je devrais dire, woke.

🔈 Benoît Dutrizac, qui trouve que Biden est aussi dangereux que Trump

C’est vraiment un homme dangereux, mais je pense que Biden est aussi dangereux que Trump, mais d’une autre façon, par son laxisme, par son laisser aller sur l’immigration. Les villes à travers les États-Unis crient au meurtre, ils disent, il n’y arrive pas, le budget explose et doivent gérer les migrants qui débarquent.