L'avidité de Kevin Lambert, le supraconducteur LK99 et les victimes républicaines

L'avidité de Kevin Lambert, le supraconducteur LK99 et les victimes républicaines

Je reviens de trois jours de canot-camping fort agréables. J’ai pagayé 15 kilomètres par jour, j’ai cuisiné des affaires trop compliquées pour un petit réchaud et j’ai vu un pygargue à tête blanche de proche. Et j’avais pas de réseau. Je pense que ça fait plusieurs années que je n’avais pas passé deux jours sans lire les journaux. Je n’ai aucune idée de ce qui s’est passé jeudi et vendredi dernier. Je ne sais même pas si Justin Trudeau est encore en couple.

Les abonnés payants de cette infolettre peuvent lire une nouvelle édition dans laquelle je raconte la fois où j’ai tenté de m’extirper d’une discussion avec Robert Lepage (c’était pour son bien).


#kevin lambert

Dans le bois, je suis presque passé à côté des suites de cette histoire autour de Kevin Lambert qui n’a pas apprécié l’instrumentalisation de son livre par François Legault. Je n’ai pas encore lu Que notre joie demeure, mais j’avais beaucoup aimé Querelle de Roberval. Bref, dans une chronique, Sophie Durocher a insinué que c’était payant pour Kevin de faire un esclandre public.

« Selon La Presse Canadienne, «Kevin Lambert a vendu près de deux fois plus de copies de son livre dans les huit jours suivants la publication de François Legault en comparaison avec la trentaine de jours la précédant». «C’est substantiel!», «C’est exceptionnel!», se sont exclamés des intervenants interviewés par La PC. Ça prouve que:

1-Legault est maintenant un «influenceur».
2-C’est payant d’envoyer promener le PM.

C’est quand même ironique: un auteur qui abhorre le capitalisme se trouve à profiter de ce même capitalisme après avoir dénoncé le vilain capitalisme du PM. »

Il s’agit peut-être d’une déformation professionnelle de Mme Durocher. Créer ou attiser la polémique est son gagne-pain. Elle ne réalise peut-être pas que d’autres se prononcent par principe.

Reste que Kevin Lambert a dévoilé sur Facebook qu’il avait vendu 160 copies de son livre depuis sa sortie contre le premier ministre. Que notre joie demeure se vend 28,95$. À 10% de droits d’auteurs, sur 160 copies, Kevin a engrangé la coquette somme de 463,20$. C’est probablement moins que ce qu’a été payée Sophie Durocher pour sa chronique de 541 mots.

C’est pour ça que je ne pense pas faire une passe de cash même si le Panier bleu fait la promotion de mon livre…


#LK99

Un de mes frères m’a testé en fin de semaine: « l’affaire du supraconducteur, c’est tu rendu mainstream? ». Il voulait voir si j’en avais entendu parler ou si c’était juste une histoire de geeks comme lui. Étant moi-même assez geek et à l’affût des tendances, j’ai été surpris de réaliser que ça ne me disait rien pantoute. Pourtant, il semble que ce soit une histoire qui enflamme le Web scientifique. Il y a un subreddit consacré à cette saga.

En gros, des scientifiques sud-coréens ont publié un article scientifique intitulé « Le premier supraconducteur à température ambiante », nommé LK99. Un supraconducteur est un matériau qui conduit l’électricité sans perte d’énergie sous forme de chaleur. Sauf que jusqu’à maintenant, les supraconducteurs qui conduisaient l’électricité sans résistance devaient être refroidis à des températures pas d’allure pour qu’ils fonctionnent. La conception d’un supraconducteur à température ambiante serait une avancée de type prix Nobel.

Or c’est pas tout à fait certain que c’est une vraie affaire:

« Si la découverte en est une… car pour le moment, la course a lieu aux quatre coins du monde pour confirmer (ou infirmer) les conclusions sud-coréennes. « On est dans cet entre-deux très classique entre l’annonce d’une découverte et le besoin de la reproduire, explique Julien Bobroff, physicien à l’Université Paris-Saclay. Ce qu’on peut juste dire, c’est que les articles eux-mêmes n’inspirent pas confiance parce qu’ils sont un peu amateurs. Ça ne veut absolument pas dire que la découverte n’est pas réelle ». Des équipes indiennes, chinoises ou encore américaines ont déjà fait savoir depuis le début du mois d’août qu’elles avaient entamé les démarches pour reproduire l’expérience. Mais certains enthousiastes ont choisi de refaire les étapes décrites par les chercheurs sud-coréens depuis leur garage, comme l’ingénieur américain Andrew McCalip. « Cet engouement, et que plein d’amateurs essaient eux-mêmes de reproduire les échantillons, ça c’est nouveau », décrypte Julien Bobroff. »

De la physique amateur, c’est quand même cool. Jusqu’à ce que quelqu’un essaie de fusionner l’atome dans son sous-sol. Bref, ça pourrait être une très grosse nouvelle, mais non, ce n’est pas encore rendu « mainstream ». À suivre...


#rem

Un supraconducteur à température ambiante pourrait entre autres faciliter la construction de rouli-roulants volants comme dans Retour vers le futur ou de trains à lévitation comme au Japon. Dommage que le REM soit déjà construit. À ce sujet, bon petit reportage sur la première journée du REM ici.


#incroyable!!!

Autre nouvelle scientifique de la plus haute importance. Je ne maîtrise pas super bien le pH de ma piscine, mais j’apprends cette semaine que personne ne sait ce que veut dire le « p » de pH parce que l’inventeur du pH n’a jamais pris la peine de l’expliquer.


#inégalités

La semaine dernière, je vous ai parlé un peu du fait que je trouvais la droite irrationnelle et que c’était un peu contradictoire. J’ai encore pensé à ça cette semaine en lisant ce texte sur la différence entre les États dirigés par des républicains aux États-Unis par rapport à ceux où les démocrates sont au pouvoir. Les États républicains ont vraiment de la misère selon plusieurs indicateurs. Plutôt que de se dire, rationnellement, que leur idéologie les appauvrit, ils mettent leurs déboires sur le dos des démocrates:

« Les enquêtes et les études montrent systématiquement que les partisans blancs, généralement plus âgés, de Trump sont furieux de « perdre leur statut » et craignent d'être « remplacés » par des personnes non blanches. Le fait que les Blancs soient à la traîne par rapport aux principaux indices économiques, de santé et de sécurité n'est pas dû à la victimisation par les immigrants et les conspirations libérales, mais à la victimisation par d'autres Blancs, à l'alcoolisme auto-infligé, à la surdose de drogue et au suicide. [...] De 2010 à 2016, les mesures de relance économique de l'administration Obama ont favorisé la création de millions de nouveaux emplois et la croissance de milliers de dollars du revenu médian réel pour les Blancs dans les zones urbaines et la plupart des zones rurales, inversant la récession sous la présidence du républicain George W. Bush. Pourtant, malgré ces gains, les électeurs blancs ont rejeté avec véhémence les démocrates lors des élections successives. Aujourd'hui, les électeurs de base de Trump élisent des candidats qui partagent leur ressentiment racial et leur victimisation imaginaire, et non ceux qui font réellement progresser leur sécurité et leur bien-être économique. »

C’est une mentalité que l’on voit ici aussi, dans une moindre mesure. Les fans des partis conservateurs se disent victimes du gouvernement, de l’immigration, des wokes, des drag queens, des écolos. Ils ne sont jamais responsables de leur sort. Liberté individuelle ne rime pas avec responsabilité individuelle (ben, oui, ça rime, mais vous comprenez le principe).


#sportnographe

Il n’y a rien qui me rend plus heureux que d’avoir des nouvelles de Canadien à me mettre sous la dent pendant l’été. Vous pouvez lire mon texte sur l’échange de Jeff Petry ici:

Le flip Jeff Petry
On sait que dans le monde du sport de Canadien, il faut toujours s’attendre à l’inattendu. Sauf qu’il y a des fois où l’inattendu exagère. Alors que nous profitions d’un petit dimanche d’été pour classer notre collection de cartes de Martin Rucinsky en ordre alphabétique, voilà-tu-pas que Kent Hughes nous annonce qu’il a fait l’acquisition de Jeff Petry…

#musique

Une nouvelle chanson de Bon enfant est disponible depuis quelques semaines. Le début me fait penser à du P’tit Bélliveau un peu. J’aime!