Des majuscules, le criage et la théorie de la relativité

Des majuscules, le criage et la théorie de la relativité

Bienvenue à cette 50e édition de mon infolettre. 50 étant un chiffre rond, j’imagine que c’est important de le noter. Je vais boire un verre de vin pour fêter ça (je l’aurais bu pareil). La journée (est encore jeune) commence lundi et la routine qui va avec une émission quotidienne aussi. Je n’ai presque pas pris d’autres engagements cet automne parce que je ne suis pas encore trop sûr de la charge de travail. J’ai bien l’intention de continuer de partager ici toutes les petites choses dont je n’ai pas le temps de parler à la radio. Reste à savoir quel moment de la semaine et quelle fréquence sera le mieux. Je me demande même si une petite infolettre quotidienne ne serait pas une option intéressante. Nous avons enregistré quelques pilotes pour l’instant, et j’ai toujours dû couper beaucoup trop de bon stock. Substack offre une option d’abonnements payants, ce serait peut-être à envisager pour une infolettre quotidienne, mais je n’en suis pas là. Je réfléchis à voix haute ici (c’est pas vrai, je parle même pas en ce moment).

En passant, notre première invitée de l’histoire de La journée (est encore jeune) sera… Claire Samson. C’est comme un rêve.

😡 Maurais et l’intimidation

On va rester dans les nouvelles de moi. Dans la foulée du débat sur les menaces envers les politiciens, Dominic Maurais de Radio X a publié un long statut sur Facebook cette semaine pour faire pitié. Lui aussi est victime de propos injurieux dit-il et notamment à la radio de Radio-Canada.

Bravo pour les majuscules.

Il a fait le même laïus pendant son émission de vendredi matin. Je trouve ça assez comique que le seul exemple qu’il soit capable de donner, c’est celui de Fred Savard en 2017. Dominic Maurais et ses amis ne me nomment à peu près jamais. C’est peut-être parce que je suis un noboby. C’est peut-être parce qu’ils ne veulent pas que les gens aillent voir comment je déconstruis leur discours. C’est peut-être parce qu’ils n’ont rien contre moi parce que je ne fais que les citer de façon honnête et polie. Ou c’est peut-être tout ça en même temps. Mais bon, ça semble payant pour ces gens de jouer à la victime, même si je pense que leur auditoire qui les entend être en sacrament contre tout le monde à tous les jours doit trouver ça ironique.

🇷🇺 S’obstiner intelligemment

Cette triste campagne a justement mis l’emphase sur la violence croissante des discussions politiques en ligne et sur celui qui est parvenu à fédérer tous les hooligans de l’internet, Éric Duhaime. Le débat s’est élargi et l’experte en réseaux sociaux et ancienne candidate du PQ, Michelle Blanc, a commenté la chose (chez Dominic Maurais justement). Elle a d’abord dit, avec raison, qu’on « peut s’obstiner intelligemment. C’est comme si on était rendus à une époque où la confrontation était valorisée, le criage de nom c’était correct. Ç’a plus de bon sens. ». Le petit problème, c’est que pas moins de deux minutes plus tard, elle disait ceci à propos de Québec Solidaire:

- Je regarde tous les partis, mais y’en a un que j’haïs, c’est Québec Solidaire.
- Pourquoi?
- Parce que Québec solidaire c’est des fourbes, c’est des menteurs, c’est dégueulasse […].
- Ce sont des communistes, des radicaux, des néomarxistes.

Elle est pour le criage de noms à deux vitesses, faut croire.

🎓 Promesse brisée

Ce tweet m’a bien fait rire à propos de cette « radiographie des candidats » réalisée par le Journal de Montréal où on apprenait que seulement 57% des candidats du PCQ avaient terminé des études universitaires, au dernier rang des cinq partis. Ça ne veut pas dire que ce sont des mauvais candidats (ils ont bien d’autres raisons d’être considérés comme mauvais), mais de prétendre l’inverse est un mensonge.

Le pire, c’est que sans doute que les gens qui l’ont entendu dire ça le croient et ont gardé cette image en tête.

🔭 E=MC²

Pour rester dans l’éducation (genre), la dernière vidéo de Pierre Poilievre qui explique qu’il veut bannir le langage bureaucratique est quelque chose. Et pas juste à cause de la belle musique de fond. Personnellement, la bureaucratie me rend fou et la langue de bois m’horripile, mais la façon dont il présente la chose me donne une impression de nivellement par le bas assez pathétique. J’ai eu en tête le film Idiocracy lorsque je suis tombé sur ses explications. « Je vais adopter la loi sur le langage clair, ce qui va exiger que le gouvernement publie des documents avec le moins (de mots) et les plus simples mots possibles. ».

Mais ce qui m’a fait surtout rire, c’est l’exemple qu’il a donné pour justifier cette idée:

« Certains vont dire que la simplicité est la même chose que la stupidité, mais Einstein aurait dit autrement lorsqu’il a écrit E est égal à MC carré. Est-ce que la formule aurait été plus brillante si ça avait pris des pages et des pages de complexité de l’utiliser? Je pense que non. »

Je pense qu’il n’aurait pas pu trouver un pire exemple. Personne ne peut expliquer ou comprendre la théorie de la relativité juste en lisant la formule. Je suis allé voir la revue scientifique Annalen der Physik dans laquelle Einstein a expliqué sa théorie en 1905 et je n’ai rien compris. Faut dire que c’est en Allemand, mais bon. Il faut plusieurs pages avec des mots très complexes pour l’expliquer.

😂 Le documentaire tant attendu

Pour terminer, Jérôme Blanchet-Gravel, celui qui se prend pour un intello parce qu’il invente un néologisme par semaine, a publié la bande-annonce d’un « documentaire » à venir sur son « oeuvre ».

Le documentaire tant attendu, j’en doute. On peut y voir les suspects usuels de la dénonciation de la dictature sanitaire. Encore un piège à cons (c’est une expression) qui va mettre du monde en maudit.

Les citations de la semaine

🔈 Éric Duhaime, à propos des attaques envers les médias

On est en politique, la perception des fois est plus importante que la réalité.

🔈 Luc Ferrandez, à propos de Win Butler

Ce gars-là travaille pas dans un bureau. […] Il est tous les soirs sur un stage, il est adulé par des milliers de personnes dans lequel il y a des milliers de femmes, dans lequel il y a des milliers de jeunes femmes, qui sont pas habillées pour aller faire du skidoo. […] Moi je peux tu te dire une affaire? Je peux parler au nom de beaucoup d’hommes que je connais. Je pense pas que j’aurais eu une conduite irréprochable dans ces circonstances-là.

🔈 Bernard Drainville, à propos du 3e lien

Le troisième lien, c’est des véhicules électriques qui vont le prendre. De plus en plus. Fait que lachez-moi avec les GES!

🔈 Éric Duhaime, à propos de la sécurité des politiciens

On souhaite tous vivre dans un environnement le plus sécuritaire possible où on est pas obligés de faire ça. Pis soit dit en passant, y’a pas juste les politiciens qui sont à risque. Un chauffeur de taxi la nuit à Montréal, c’est aussi un emploi qui peut être risqué.

🗞 Nathalie Elgrably, simpliste

La planète compte 8 milliards d’individus. La superficie du Québec est de 1,7 million km2. On pourrait donc faire entrer l’entièreté de la population mondiale sur le territoire québécois et avoir une densité de population de 4706 habitants/km2. À titre comparatif, la ville de Montréal a une densité de 4827 habitants/km2. Ces chiffres semblent invraisemblables ? Ils sont pourtant éloquents. Huit milliards d’individus pourraient effectivement cohabiter dans la province et y être plus à l’aise que ne le sont les Montréalais dans leur ville.[…] Vu ainsi, Musk a raison : la planète semble absolument déserte. Comment donc croire en l’incapacité de celle-ci à satisfaire les besoins de tous ses habitants?

🔈 Emmanuelle Latraverse, sans argent

Il faut assumer. Tu peux pas avoir le beurre et le prix du beurre.

🔈 Manon Massé, à propos de Christine Labrie

Les gens nous disent, écoutez, j’ai un candidat, j’ai un député, je sais pas c’est qui. C’est tu un caquiste? Je sais pas, je connais pas. Ils connaissent pas leur député. Par contre, ils connaissent très bien le nom de Catherine Labrie, ils savent très bien… Christine pardon!

🔈 François Jacques, plus ou moins polyvalent

Moi je va dire ce que j’ai toujours dit: je suis pas bon dans rien, je suis moyen dans toute, mais j’essaye d’avancer partout quand même.

🔈 François Legault, à propos de Madame Anglade

Comment cette madame peut-elle dire que l’économie du Québec va pas bien?

⏰ S’il vous reste du temps…

Dossier spécial
8 citations candides d’Éric Duhaime sur la politique et la vérité

Ma chronique pour L’actualité
Se donner la chance de devenir cynique