Denis Gravel, à propos du journalisme du bon vieux temps

Denis Gravel, à propos du journalisme du bon vieux temps
Pensez aux vrais journalistes des années 50-60-70. J'pense que quand Claude Poirier avait une source à rencontrer, ça trainait pas trop longtemps au cellulaire, on prenait un café face à face dans une place où y'avait bin de la boucane et on mettait des gros chapeaux, on prenait pas de chance.